Coup de gueule... à propos de Loi Helms Burton

30/04/2019

Renforcement de la loi du renforcement du blocus américain contre Cuba: L'Histoire a souvent des hoquets qui coupent le souffle.

Dans la nuit du 2 au 3 mai 1808 les soldats français de Napoléon, gardiens du nouveau Régime scélérat et imposé de Joseph Bonaparte (frère de l'autre - qui ne sera d'ailleurs pas un si mauvais bougre dans sa gestion d'une Espagne déchirée, mais ceci est une autre histoire - Les caricatures font quelquefois plus de mal que les mauvais livres d'Histoire : Louis XVI et son « rien » au lendemain de sa nuit de noces, Joseph Napoléon qu'on surnommait « Pepe Botella », soi disant saoul du matin au soir, Louis Philippe à la tête de poire dessinée par Louis Philippon....), ces soldats français exécutent de sang froid plus de quatre cents combattants espagnols faits prisonniers.


Dans la nuit du 2 au 3 mai 2019, le Président Donald Trump et sa Troupe d'enragés anti cubains prétendent appliquer le titre III de la Loi Helms Burton qui orchestre depuis 1996 le blocus des USA contre Cuba renforçant la Loi Torricelli de 1962 au moment de la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays rétablies pourtant par Barak Obama et Raul Castro.

Certes, Trump n'a pas et ne va sans doute pas massacrer des innocents - quoique ! Mais il a une autre méthode pour étouffer un pays et son peuple, beaucoup plus « propre » en apparence et beaucoup plus efficace que les Coups d'Etat des années 70.

Il étrangle, il asphyxie, il étouffe. Il ne s'agit pas alors de 400 hommes injustement et sauvagement assassinés, il s'agit de 12 millions d'hommes, de femmes et d'enfants privés de vie et de libertés. Bonne vieille méthode que celle d'affamer un peuple, d'assiéger une ville, une terre en les privant du nécessaire et de l'espérance pour vivre.

On sait que le peuple cubain en a vu d'autres.

On sait, même si cette condamnation est à nos yeux beaucoup trop timide, que l'Union Européenne a « déploré » (que ces termes là sont élégants !) cette menace.

Et on sait aussi que tous les Présidents des USA depuis le vote de cette Loi Helms Burton (du nom de deux sénateurs américains) ont TOUS essayé d'abroger cet article III, même Trump au début de son mandat.

Et quelle confusion, manque d'informations ou manipulation que celles, il y a encore trois ans, lors du voyage d'Obama à La Havane, quand le monde entier se félicitait de la soi disant levée du blocus... !

De quoi s'agit il quand on parle de cet article III ? Tout simplement d'une violation flagrante du Droit International y compris contre des pays tiers.

Cet article veut permettre aux USA d'intenter des procès devant le Tribunaux américains contre tout étranger qui « fait du trafic» à Cuba avec des biens étasuniens nationalisés après la Révolution de 59 alors que la Cour Suprême des Etats-Unis elle même a reconnu ce processus légitime en plein respect du Droit national et international.

Cet article veut en plus restreindre drastiquement les « remesas » (montant d'argent que les cubano-américains peuvent envoyer à leur famille), que le Président Bush avait diminué, qu'Obama avait augmenté et que Trump veut réduire pratiquement à zéro).

Réduire aussi à zéro les autorisations de voyages des américains à Cuba. C'est là aussi une méthode très indirecte et efficace pour tuer le tourisme, une des principales ressources économiques pour sauver le pays de la faillite.

Symboliquement et allusivement, l'œuvre impressionnante de Francisco de Goya : « los fusilamientos de la montana del Principe Pio » (1814) sonne comme le tocsin d'une décision politique sordide et mortifère encourageant larmes et sang d'un peuple.

2 mai 1808/2 mai 2019, simple coïncidence de l'Histoire ? Voire. En tous cas source intarissable de méditation.

Xavier d'Arthuys, La Havane, 29 avril 2019