Patrick Tesseron, un passionné de Cuba

29/03/2019

C'est une perte pour notre association "Empreintes/Huellas - Cuba/France" dont il était membre, mais aussi pour toute la communauté des Français passionnés de Cuba : Patrick Tesseron nous a quittés le 10 janvier. Il se trouvait à bord d'un car qui s'est renversé près de Guantanamo alors qu'il effectuait la liaison entre Baracoa et La Havane.

Originaire de Migron (Charente-Maritime), c'était un producteur de Cognac connu puisqu'il avait ouvert l'Eco-Musée de Cognac. C'est par ses activités sur le Cognac et le cigare qu'il avait découvert Cuba dont il était devenu un passionné, y passant beaucoup de temps et développant une production foisonnante de tableaux inspirés de l'art aborigène.

Son grand ami l'archéologue Roberto Orduñez Fernández nous a transmis un article publié en 2012 dans une revue d'archéologie cubaine, qui décrit bien ce personnage aux multiples talents.

« Patrick Tesseron Peintre Français, mai 2012

« Patrick Tesseron, producteur de Cognac, connaissait bien ce pays d'Amérique latine où il prolongeait ses activités dans les spiritueux. Egalement amateur de peinture, il y développait aussi des projets en rapport avec la transmission du patrimoine et de la culture avec des locaux.

Patrick Tesseron est le créateur et le gérant de l'Éco-Musée du Cognac en France depuis 1989, défenseur des traditions culturelles et amoureux de l'île de Cuba. Depuis 2000 il a pu pénétrer peu à peu la culture et les traditions de l'île de Cuba et il a créé dans son musée 3 expositions permanentes sur les richesses de la terre cubaine:

  • Le Habano en 2001

  • Le Café en 2005

  • Le Cacao de Baracoa en 2008.

Au fil ces années il a forgé une grande amitié avec Alejandro Robaina, cultivateur réputé de tabac, du Habano et de sa culture. De tout cela émane un amour total pour ce pays, sa terre et aussi son peuple si affectueux et si érudit.

Patrick a eu aussi le grand plaisir d'organiser, du côté français, la première alliance entre le Habano cubain et le Cognac lors du festival du Habano en 2002 avec l'entreprise Habanos SA.

Il a ressenti une grande émotion lorsqu'il a remis en mains propres à Fidel une caisse spéciale de Cognac Hors d'Age et de Habanos de Robaina lors du cinquième anniversaire de la marque Robaina. Cet évènement a eu lieu lors du dîner de gala du Festival du Habano au musée des Bellas Artes en compagnie d'Alejandro Robaina et de Compay Segundo.

Toutes ces riches expériences lui ont permis une approche très forte de Cuba, mais il a un lien particulier avec la population de Baracoa qui pour lui a une âme spéciale si riche avec des arômes de Café, de Tabac, de Chocolat, de Coco... qui se marient si bien avec les arômes de son terroir de Cognac et avec les arômes du Cognac !

Depuis quelques années il a peint des tableaux en s'inspirant de l'art rupestre des peuples originaires d'Afrique et des Caraïbes. Pour lui, un artiste doit savoir restaurer le lien aujourd'hui rompu que les peuples aborigènes nouent entre le le profane et le sacré, le naturel et le surnaturel. L'art doit être un lieu de résistance spirituelle et maintenir la flamme, alimenter la tradition en la révélant au monde contemporain.

C'est en connaissant l'archéologue Roberto Orduñez que Patrick a nourri sa passion pour les peuples originaires de Cuba. Il a participé avec la Société Archéologique Cacique Hatuey et le Cabinet d'Archéologie de Baracoa à plusieurs expéditions scientifiques. C'est avec Roberto que s'est forgée l'idée de la création d'un projet, dans la zone de Majayara pour revivre l'héritage Taïno ans la région de Baracoa, nommé Village Taïno (Aldea Taina) devenu ensuite le projet Enseña Arte. Il a eu la grande chance de vivre dans la communauté de Majayara, où il a connu des descendants des Taïnos, les ancêtres des Cubains, qui proposent un « Art de Vie » unique au monde.

Intégré comme Membre d'Honneur de la Société Archéologique de Baracoa il y a, à plusieurs reprises, organisé différentes Sessions Archéologiques, ce qui lui a donné l'occasion de figurer avec Roberto Orduñez Fernández parmi les auteurs du Livre Session Archéologique 2012 édité en France.

Avec la réalisation du projet Aldea Taina, Patrick ne voulait pas en réalité faire un « sanctuaire » de ce peuple aborigène, mais réhabiliter les valeurs des Taïnos dans la communauté de Majayara et, à partir d'elles, faire renaître ou naître des lieux de culture pour toute la communauté et en même temps valoriser cette zone préhistorique et ses paysans de façon durable. Lors d'un évènement Patrick a dit : « je pense que dans le cadre des 500 ans de la ville de Baracoa, du 15 août 2011 au 15 août 2012, ce projet « MIRADA » Regard, peut être positif en inaugurant une nouvelle dynamique pour le futur de la première ville de Cuba.

Engagement artistique de Patrick Tesseron .

« Aujourd'hui les artistes "post Modernes" sont les nouveaux "guerriers de l'art" dans la recherche d'un art dans sa fonction sociale et sacrée. Ce nouvel art du 21e siècle crée un message qui souvent remonte à l'aube des temps, celui des mythes et de la création.

Tout cela faisant écho aux préoccupations contemporaines (résistance politique, crise de l'environnement, revendications territoriales comme les indiens aujourd'hui, la réécriture de l'histoire...) Ces nouveaux "chasseurs -chamanes" de l'art sont partis en croisade pour la reconstruction de l'identité collective et son engagement passe par un hommage à la Nature et une lutte contre l'exploitation aveugle de cette dernière.

Dans les premiers peuples originaires comme les Taïnos, toute forme de vie est d'essence spirituelle. Elle est d'où vient ce profond respect envers l'univers du vivant et la pratique des rites pour honorer la Terre Mère. »

Article transmis par Roberto Orduñez Fernández

Mis en forme par Michèle Claverie, La Havane, janvier-mars 2018


Et pour  ceux qui veulent entendre la voix de Patrick Tesseron, il faut aller revoir l'excellent reportage de TF1 d'il y a deux ans sur "Viva Cuba", où on peut le voir à partir de la 18e minute.