Les Pélicans du Malecón

27/07/2019

Un roman policier pour l'été : "Les Pélicans du Malecón" d'Alain Bouvier. Des danseuses cubaines envahissent les discothèques latinos de la Bastille. Illégale, leur arrivée nombreuse inquiète les autorités françaises qui soupçonnent une filière. Chargé de l'enquête, le capitaine Clovis Tellier débarque à Cuba. Sous le soleil, cette mission s'annonce la plus facile et la plus joyeuse de sa carrière. 

En dilettante, le capitaine privilégie ses deux hobbies, le kitesurf et les grands oiseaux de mer. Cibles du chasseur d'images, les pélicans réservent bien des surprises au flic se croyant en vacances, ou faisant semblant de l'être. En fait, il va remonter les pistes jusqu'à un complot qui, au-delà de la France et de Cuba, a des ramifications internationales... Chut ! On ne peut pas en dire plus pour ne pas déflorer l'intrigue, menée non pas tambour battant mais au rythme du són cubano et de ses percussions.

Et si le capitaine Tellier ne descend pas autant de rhum que le célèbre inspecteur Conde de Leonardo Padura, il carbure à la bière cubaine et au mojito et, par chance pour lui, l'enquête le conduit à travers les bars et cabarets de la capitale cubaine pour retrouver le point de départ des danseuses cubaines retrouvées à Paris.

Quelle que soit la vraisemblance de l'intrigue - Cuba a toujours été riche en complots de toutes sortes et de toutes origines - les situations sont au moins vraisemblables et les personnages sont authentiques, pour la simple et bonne raison que l'auteur, Alain Bouvier, est d'abord psychiatre et criminologue, et qu'il connaît ainsi la matrice d'un bon policier. Mais surtout, il  est plus qu'un fin connaisseur de Cuba : il y passe trois mois par an et connaît la moindre ruelle de la Habana vieja, qu'il parcourt à vélo la plupart du temps, mais aussi les moindres recoins de Viñales, Santa Clara, Cienfuegos...

Et les liens qu'il a noués avec tous ceux qui au fil des ans sont devenus des amis lui donnent une vision plus précise encore de la société cubaine, de ses richesses et de ses contradictions, de la menace réelle ou supposée du grand voisin américain, de la débrouillardise institutionnalisée par tous les Cubains... 

Sans cacher ses sympathies et même son enthousiasme pour l'île et ses habitants, l'auteur peint son décor en couleurs crues et nous entraîne dans son enquête sans longueurs ni lenteurs. Car si c'est son troisième livre publié, Alain Bouvier est un homme de terrain et d'action, grand navigateur à la voile et moniteur de plongée, et ses descriptions n'en sont que plus véridiques.

Un livre léger à emporter en vacances, qui sera publié en espagnol pour ses amis cubains mais qui vient de sortir en français chez Amazon, en 188 pages, donc disponible sur papier (13,38 $) ou en format électronique Kindle (3,37 $, c'est donné...). Alain, qui fait aussi partie des amis de notre association « Empreintes/Huellas - Cuba/France », apporte ainsi son empreinte bienvenue aux liens culturels entre la France et Cuba.